L’arrêt maladie sanctionné

 

Jour de carence:

Ils se paient leur dette sur notre santé!

 Après le gel des salaires pour 2011 et 2012 qui constitue une baisse sans précédent du pouvoir d’achat, la hausse des cotisations retraites qui perdurera pendant 10 années consécutives faisant apparaître sur la fiche de paie un net à payer de plus en plus bas

 Voilà… La journée de carence !

Les Fonctionnaires titulaires, stagiaires et les agents contractuels de droit public (ayant 4 mois d’ancienneté) ne percevront donc plus leur rémunération au titre du 1er jour de maladie.

Les spécialistes s’accordent à dire que c’est une mesure contre-productive pour la prévention des arrêts maladie longs qui s’avèrent bien plus coûteux que les arrêts maladie de courte durée. De plus, les agents en arrêt court n’étant pas remplacés, ils retrouvent à leur retour le plus souvent le travail qui s’est accumulé.

 Ça suffit !

 Si Le gouvernement agit ainsi, c’est parce qu’il prétend avoir détecté, l’année dernière, « 458 Millions d’euros » de fraude aux prestations sociales.

Mais que fait-il contre la fraude fiscale qui se situe entre 45 et 50 milliards d’euros par an ? Rien !!!

Si le gouvernement agit ainsi c’est au nom de l’équité entre le public et le privé…

Sauf que dans le privé bon nombre d’entreprises, par accord, prennent en charge les jours de carence des salariés en maladie !

Sud Collectivités Territoriales
revendique :

Le droit à être malade sans être puni financièrement par la mise en place d’un jour de carence.

La prise en charge par l’employeur, comme dans le privé, de cette journée de carence.

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans SUD cg30. Ajoutez ce permalien à vos favoris.